Colloque : « Open Access, Open Research Data et DMP : la nouvelle donne des données de la recherche », 9 mars, Nantes

3ème _dayClic(); sur les données de la recherche, organisée en partenariat avec le Consortium Couperin, le 9 mars 2017 de 9H30 à 17H30 à la Maison des sciences de l’Homme de Nantes.

Cette 3ème _dayClic(); sera l’occasion d’aborder l’Open Access et l’Open Data par le prisme du Plan de Gestion de Données (DMP).
Les directives européennes sur l’Open Research Data et l’Open Access dans le cadre du programme européen Horizon 2020 et l’adoption récente de la loi sur la République Numérique en France modifient quelque peu le statut des données de recherche et les modalités de la diffusion des résultats. L’obligation est désormais faite pour le chercheur de décrire, plus ou moins dans le détail selon les financeurs, l’ensemble des opérations effectuées ou prévues sur les données, de la collecte / production à la valorisation. Cette obligation, comme celle qui s’applique dans le cadre de l’Open Access, cherche à assurer une accessibilité, pleine ou partielle, et une exploitation, relativement libre, des jeux de données (datasets) comme des résultats (publications). Ces nouvelles dispositions nécessitent cependant pour le chercheur d’être très accompagné par des experts, des collaborateurs et des institutions (laboratoires, équipes, universités…). En effet, entrer dans une logique de planification de la gestion des données oblige le chercheur a développer des compétences très pointues dans tous les domaines liés à la gestion des données de recherche (numérique, informatique, juridique, documentaire, etc.), et à partir desquelles il va pouvoir, le plus souvent de manière collaborative, produire, maintenir et adapter le plan de gestion de données au cycle de vie du projet de recherche. Pour ce faire, le rôle et l’action des grandes plateformes nationales et européennes (OpenAIRE, Dariah, TGIR du CNRS, CCSD, etc.) dédiées à la gestion, la valorisation, la diffusion et l’archivage pérenne des données «ouvertes» de la recherche, notamment dans le domaine des SHS sont, dans ce contexte, renforcés et de plus en plus déterminants.

Mais, justement, quid des connaissances du chercheur par rapport à ce nouveau contexte ? Quelle connaissance, information a-t-il de ce que recouvrent les notions d’Open Access, d’Open Data, le DMP ? Comment se positionnent et se préparent les institutions de recherche par rapport aux directives sur l’Open Research Data et l’Open Access ? Quels sont les ressources, outils, normes et standards sur lesquels s’appuyer pour garantir la pérennité, l’accessibilité et la réutilisation de ces données de plus en plus massives et nativement numériques ? Quels services et institutions peuvent aider et accompagner à la réalisation et à la gestion d’un tel document ? Comment mettre en place un DMP en appréhendant au mieux l’écosystème numérique des données de recherche et le maintenir dans le temps sans (trop) rogner sur le temps de la recherche ? Et puis, toutes les données de recherche doivent-elles répondre à la logique « Open » ? Etc.

Programme

Inscription obligatoire
Date limite : 2 mars 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s