Découvrez  les Surligneurs

Les Surligneurs  est un site créé en janvier 2017. Vincent Couronne à l’initiative de ce projet a accepté de répondre à nos questions pour présenter ce projet et vous inciter à le découvrir si vous ne le connaissez pas.

O.T. : Pourriez- vous nous dire en quelques phrases ce qu’est « lessurligneurs.eu. »?

Vincent Couronne : « Les Surligneurs » est un site internet issu du centre de recherches en droit public Versailles Institutions Publiques (VIP), et qui permet aux juristes universitaire de publier de courtes vérifications des propos juridiquement imprécis ou erronés des personnalités publiques. Cela va donc au-delà des seuls propos ouvertement contraires au droit, et couvre également ceux par lesquels leur auteur pêche par omission ou n’indique pas toutes les implications de ce qu’il avance. Par ailleurs, sont visés aussi bien les candidats à la présidence de la République que toute autre personnalité publique, non politique (médias, chroniqueurs…).

Nous ne sommes pas là pour noter ni censurer des propos, mais pour rappeler au politique les normes qu’il a lui-même posées, car nous sommes dans un État de droit. En ce sens nous ne nous adressons pas qu’à la personnalité visée, mais au plus grand nombre, pour rappeler « sans cesse leurs droits et leurs devoirs » aux citoyens, selon la formule du Préambule de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

O.T.: Vous êtes à l’initiative de ce site comment et pourquoi vous est venue cette idée?

Vincent Couronne : L’idée m’est venue d’un agacement croissant face à ces inexactitudes entendues ou lues en longueur de temps. J’ai sans doute trop souvent manifesté cet agacement, puisqu’un ami m’a un jour répondu : « ouvre un blog et défoule-toi ! ». Nous étions au lendemain du référendum sur le Brexit et en pleine campagne présidentielle américaine. L’idée que ce que certains nomment la « post-vérité » puisse s’installer pendant la campagne présidentielle en France a alors fini de me convaincre qu’il fallait « se lancer ».

O.T.: Comment êtes-vous passé de l’idée au projet?

Vincent Couronne : Au départ donc, il s’agissait d’alimenter un blog, seul ou avec quelques autres contributeurs, spécifiquement en droit européen, qui est mon domaine de spécialisation. Puis le double constat de l’avènement de la « post vérité », d’une part, et de la discrétion des juristes universitaires dans le débat public, d’autre part, m’a poussé à imaginer un aboutissement plus ambitieux. Je me suis alors associé avec le designer Joachim Savin, qui a travaillé sur le concept et le desing du site. L’idée était de mettre en place un outil simple et beau, que tout un chacun – en premier lieu les non-juristes – aurait plaisir à consulter. Le VIP a alors accepté de financer le site internet, et une équipe au sein de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines a conmmencé à se constituer. Finalement, de la naissance de l’idée en août 2016 à l’ouverture du site le 9 janvier, les choses sont allé assez vite.

O.T.: Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous avez été ou vous êtes encore confrontées ?

Vincent Couronne : La principale difficulté – et de loin – est l’accès à l’information. Nous n’avons pas les moyens humains de tout lire ni tout écouter. Le CSA lui-même n’a pas de telles capacités. L’effort premier est donc d’arriver à scruter les propos des uns et des autres pour dénicher petites et grandes erreurs juridiques prononcées dans les journeaux, à la radio, à la télévision, ou même sur les réseaux sociaux. J’invite donc vos lecteurs à nous signaler tout propos à « surligner » !

L’autre difficulté est celle du pluralisme. Notre démarche n’est pas scientifique, en ce sens que ne pouvant tout lire, nous ne sommes pas exhaustifs. Par conséquent, il nous est impossible, par honnêteté intellectuelle, d’effectuer un classement des personnalités les plus sujettes à l’erreur. Conséquence inévitable de cette collecte incomplète, nous nous efforçons de maintenir une certaine équité entre les sensibilités politiques.

O.T. : Qui se cachent derrière « les Surligneurs » ? Qui fait quoi dans ce projet?

Vincent Couronne : Il y a des contributeurs de toutes sortes : la plupart d’entre eux rédigent des articles, selon leur bon vouloir et leur disponibilité. Certains sont chargés d’étudier les programmes des candidats pour permettre aux rédacteurs de s’en saisir. D’autres ont des tâches plus techniques, comme la gestion de notre page Facebook ou des photos sur le site.

Ils viennent de toute la France, même si l’essentiel de l’équipe est à l’UVSQ : de l’université Paris 1 Pathéon-Sorbonne, de l’université Clermont-Auvergne, de l’université de Strasbourg… qu’il s’agisse de professeurs, de maîtres de conférence, de doctorants ou même d’étudiants en deuxième année de Master.

De manière générale, le site est assez ouvert à toute bonne volonté.

O.T.: Quel bilan tirez vous du démarrage prometteur de ce site né en janvier 2017?

Vincent Couronne : Une très belle surprise ! Évidemment l’objectif était de toucher le plus grand nombre, pour faire sortir l’université de ses murs, dans une période où l’État de droit a besoin des juristes. La forme du site a été pensée pour cet objectif-là. Néanmoins, je ne m’attendais pas à ce que nous ayons autant de succès, aussi rapidement : une fréquentation exceptionnelle du site, des abonnés toujours plus nombreux sur Twitter et Facebook, Libération qui nous propose très rapidement un partenariat, l’AFP, M6… Tout cela est allé très vite.

La raison paraît a posteriori simple : le site s’adresse à des non spécialistes, et comble un manque en France. Les premiers qui étaient demandeurs étaient sans doute les journalistes, qui cherchent à mieux décrypter les promesses électorales, maintenant que nous commençons à avoir du recul sur ce qui s’est passé au Royaume-Uni, aux États-Unis et, peut-être même en Turquie auparavant. Le sort qui y a été réservé à « l’expertise » doit nous faire prendre conscience de l’état des opinions publiques.

O.T. : Comment voyez vous le développement des Surligneurs ?

Vincent Couronne : Après un mois de fonctionnement, le site a atteint un rythme « de croisière », avec une organisation légère et la publication d’un ou deux articles par jour. Ce n’est pas tant le site qui doit être développé, que le rapport entre la société civile et les juristes universitaires. Il faut en effet que les journalistes consultent plus souvent des universitaires avant de publier un article, de sorte qu’on évite la multiplication d’une approximation, par l’effet d’amplification des réseaux sociaux. Les hommes et femmes politiques doivent aussi donner une place plus importante aux juristes dans leurs équipes, au risque de faire des promesses qu’ils ne pourraient pas tenir ensuite, et qui alimentent l’impression d’impuissance des élus. Ces développement commencent à poindre : des journalistes nous contactent pour des conseils. On doit pouvoir faire mieux. L’université est un vivier exceptionnel de compétences, je crois que c’est inutile de le rappeler à vos lecteurs.

La site a dans tous les cas vocation à s’installer dans la durée, bien au-delà de la campagne présidentielle et législative.

O.T.: Auriez-vous un message à faire passe aux lecteurs de blogdroiteuropeen?

Suivez-nous sur Twitter et Facebook. Transmettez-nous des propos juridiquement douteux via notre page contact. Rejoignez même l’équipe de rédacteurs si vous voulez faire partie de cette belle aventure, unique en France.

Propos recueillis par Olivia Tambou

Vincent Couronne  est Docteur en droit public de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, post-doctorant à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il effectue ses recherches principalement en droit de l’Union européenne et en contentieux administratif. Il est membre du centre de recherches Versailles Institutions Publiques (VIP).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s