Le dialogue actuel et futur du gouvernement économique européen et des entreprises européennes, table ronde 24 janvier, Paris

Pascale Idoux (Université de Montpellier/Institut Universitaire de France), Jean-Bernard Auby (Sciences Po/Chaire MADP) et Paul Lignières (Avocat au barreau de Paris), sont heureux de vous inviter à la

Table-ronde : le dialogue actuel et futur du Gouvernement économique européen et des entreprises européennes

Organisée à l’occasion de la parution de l’ouvrage Gouvernement économique européen (Bruylant-Larcier, 2017) par la Chaire « Mutations de l’Action Publique et du Droit Public de Sciences Po » et Linklaters

Avec le soutien de la Fondation Robert Schuman Avec la participation de : Enrico Letta, Doyen de l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po Paris (PSIA), ancien Président du Conseil des ministres italien, et Jean-Dominique Giuliani, Président de la Fondation Robert Schuman

Date : 24 janvier 2018

Horaires : de 17h30 à 19h30

Adresse :
25 rue de Marignan – 75008 Paris

RSVP :
Inscription obligatoire avant le 17 janvier 2018 auprès d’Emilie Chevalier emilie.chevalier@unilim.fr

Thème : La crise économique et financière a révélé les insuffisances de l’Union européenne en matière de contrôle de l’économie. Elle a aussi permis un renouvellement de la réflexion et des pratiques sur les instruments à disposition de l’Union européenne et des Etats membres. Impliquant un nouvel équilibre des compétences entre les Etats membres et le niveau européen, ces évolutions ont posé les jalons d’un gouvernement économique européen. Ce contexte renouvelé peut-il alors permettre une meilleure prise en compte des entreprises européennes ? Le Gouvernement économique européen peut poser les bases d’une meilleure prise en compte des intérêts stratégiques et propres à l’Europe. Toutefois, dans un cadre complexe, marqué par les interactions entre le niveau national, européen et même international, la portée du volontarisme économique doit encore être appréciée.

La crise économique et financière a révélé les insuffisances de l’Union européenne en matière de contrôle de l’économie. Elle a aussi permis un renouvellement de la réflexion et des pratiques sur les instruments à disposition de l’Union européenne et des Etats membres. Impliquant un nouvel équilibre des compétences entre les Etats membres et le niveau européen, ces évolutions ont posé les jalons d’un gouvernement économique européen. Ce contexte renouvelé peut-il alors permettre une meilleure prise en compte des entreprises européennes ? Le Gouvernement économique européen peut poser les bases d’une meilleure prise en compte des intérêts stratégiques et propres à l’Europe. Toutefois, dans un cadre complexe, marqué par les interactions entre le niveau national, européen et même international, la portée du volontarisme économique doit encore être appréciée.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s