Retour d’expériences sur European Journal of Legal Studies, interview Elias Deutscher, Part.2

Dans cette seconde partie d’interview, Elias Deutscher évoque sa fonction de rédacteur en chef de cette revue et nous livre les enseignements qu’il a pu tirer de cette expérience.

En quoi consiste votre fonction de rédacteur en chef?

La gestion de notre journal est vraiment un travail d’équipe. C’est pourquoi je voudrais brièvement expliquer le fonctionnement et la structure de notre journal.

En ce moment, nous avons environ 40 relecteurs qui rédigent des rapports d’évaluation sur chaque article reçu. Cette équipe de 40 relecteurs est coordonnée par un conseil exécutif composé de deux directrices de publication (en anglais managing editors), un rédacteur exécutif et quatre directeurs de section qui représentent nos quatre champs thématiques ; à savoir, le droit comparé, le droit international, le droit européen et la philosophie du droit. Les directrices de publication gèrent notre processus d’évaluation par les pairs des articles soumis. Elles reçoivent les articles, vérifient s’ils correspondent au champ thématique de notre journal et répondent aux standards académiques et qualitatifs des publications en droit. Ensuite, elles rendent les articles anonymes et les répartissent en fonction de leur sujet à un des directeurs de section qui les distribue ensuite à deux relecteurs qui possèdent l’expertise nécessaire dans la thématique de l’article. Notre rédacteur exécutif est responsable de la mise en page des articles et il s’occupe des corrections linguistiques, des notes de bas-de-page et de l’orthographe des articles. Il finalise chaque numéro avant de le mettre en ligne.

Au sein de cette équipe, la fonction de rédacteur en chef d’EJLS a deux volets. L’un est plutôt administratif puisqu’il consiste notamment en la coordination de l’équipe de rédacteurs, la communication avec le département de droit, les maisons d’édition, d’autres universités et institutions de recherche. De plus, il est aussi responsable de la coordination de la publication des nouveaux appels à contribution et de la mise à jour de notre site web et de nos profils Twitter et Facebook.

L’autre volet est lié au contenu et consiste surtout en des tâches éditoriales. En effet, le rédacteur en chef relit tous les articles acceptés. Il s’occupe de l’organisation de chaque nouveau numéro. Il décide par exemple de l’ordre des articles. Il doit aussi écrire l’éditorial. En outre, en coopération avec toute l’équipe exécutive et le conseil d’éditeurs le rédacteur en chef développe le profil du journal et propose de nouveaux projets.

Quels sont les enseignements que vous tirer de vos expériences de rédacteur ?

Je fais partie d’EJLS depuis deux ans en tant que rédacteur et à travers cette expérience j’ai surtout appris comment lire des articles de façon critique et comment les évaluer. Selon moi, ce sont vraiment des compétences qui deviennent de plus en plus importantes pour une carrière académique. Cette expérience permet d’améliorer sa propre recherche puisqu’on développe une approche plus critique vis-à-vis de ses propres sources. De plus, on apprend à structurer son article, à développer une question de recherche et une argumentation pertinentes et à résoudre des questions méthodologiques.

J’assume le rôle de rédacteur en chef depuis un an. Dans cette fonction, j’ai pu développer en particulier des capacités de management et de communication. J’ai surtout pris un énorme plaisir à travailler en équipe. Chaque membre de notre équipe fait vraiment un excellent travail et je suis très heureux de faire partie de ce collectif. C’est pourquoi, cette expérience de rédacteur en chef est extrêmement gratifiante. De plus, cette fonction me donne aussi l’opportunité de lire beaucoup d’articles et de suivre ainsi les nouvelles évolutions de la doctrine. C’est un grand plaisir pour moi de continuer à apprendre et à découvrir de nouveaux sujets à travers ce poste.

Quels sont les principaux conseils que vous donneriez pour développer des projets open access en droit ?

Je voudrais plutôt partager les défis principaux auxquels nous sommes confrontés dans notre travail quotidien.

Premièrement, notre plus grand défi est d’attirer des auteurs et de publier des articles de haute qualité. C’est pourquoi nous appliquons des standards très exigeants dans notre processus d’évaluation par les pairs.

Deuxièmement, face au nombre élevé des revues académiques en droit, il est important pour nous de développer un profil distinct et ainsi d’élargir la visibilité de notre journal. C’est pourquoi nous essayons toujours de lancer de nouveaux projets comme par exemple notre appel à contributions en recherche empirique en droit ou notre prix ‘New Voices’.

Troisièmement, il y a aussi une tension inhérente entre l’open access et la publication d’une revue académique avec un certain profil. En effet, il nous arrive assez régulièrement que des auteurs soumettent des articles qui sont évalués et acceptés par notre équipe et qui apparaissent soudainement dans un autre journal. Afin de réconcilier cette tension, nous avons introduit une période d’exclusivité de six mois (à partir de la date de publication) pendant laquelle l’auteur n’a pas le droit de publier son article dans une autre revue en ligne ou papier. Des auteurs nous demandent souvent s’ils peuvent publier leurs articles sur d’autres plateformes, comme par exemple SSRN. Dans ce cas, l’auteur s’engage à faire référence à la publication initiale de son article dans EJLS.

Pour en savoir plus:

  • L’organisation de EJLS

editorial-boad-ejls

eliasElias Deutscher a commencé ses études dans une filière de double-diplôme (Licence et Master) franco-allemand en matière de « Gouvernance européenne et internationale» à SciencesPo Lille et à l’Université de Münster. Pendant ce cursus, il a également suivi un programme de droit à distance de l’Université Lille 2. Ensuite, Elias a poursuivi ses études au Collège d’Europe à Bruges où il a obtenu un Master (LL.M.) en droit européen. Depuis 2014, Elias est doctorant en droit à l’Institut Universitaire Européen à Florence où il écrit une thèse sur le lien entre le droit de la concurrence et la démocratie. Depuis 2014, il est membre de l’équipe éditoriale de la revue juridique « European Journal of Legal Studies » (EJLS). Depuis un an, il assume le poste de rédacteur en chef d’EJLS.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s